Make your own free website on Tripod.com

APPALACHIAN TEACHERS ASSOCIATION

Mise à jour sur la négociation (section trois)
Home
RESULTS OF VOTING
Agreement & Decree Comparison
QPAT Negotiations Bulletin 18
Law 142 / Loi 142
Jean Charest's Report Card
HOW WE GOT TO THE PRESENT SITUATION
The Heart of our Demand
QPAT Negotiations Bulletin 1
QPAT Negotiations Bulletin 2
QPAT Negotiations Bulletin 3
QPAT Negotiations Bulletin 4
QPAT Negotiations Bulletin 5
QPAT Negotiations Bulletin 6
QPAT Negotiations Bulletin 7
QPAT Negotiations Bulletin 8
QPAT Negotiations Bulletin 9
QPAT Negotiations Bulletin 10
QPAT Negotiations Bulletin 11
QPAT Negotiations Bulletin 12
QPAT Negotiations Bulletin 13
QPAT Negotiations Bulletin 14
QPAT Negotiations Bulletin 15
QPAT Negotiations Bulletin 16
QPAT Negotiations Bulletin October 26, 2005 Part One
QPAT Negotiations Bulletin October 26, 2005 Part Two
QPAT Negotiations Bulletin October 26, 2005 Part Three
QPAT Negotiations Bulletin October 26, 2005 Part Four
Mise à jour sur la négociation (section un)
Mise à jour sur la négociation (section deux)
Mise à jour sur la négociation (section trois)
Mise à jour sur la négociation (section quatre)
QPAT Negotiations Bulletin 17
Modified Action Plan
Plan d'action modifié
November 14 Voting Results
QESBA Press Release
New Name for Ministry of Education
Links
Contact Us
Contact Claude Bachand
Contact Daniel Bouchard
Contact Claude Boucher
Contact Bernard Brodeur
Contact Jean Charest
Contact Jean-Marc Fournier
Contact Monique Gagnon-Tremblay
Contact Normand Jutras
Contact Pierre Paradis
Contact Pierre Reid
Contact Jean Rioux
Contact Yvon Vallieres
The Quebec Electoral Map

Qu’a laissé tomber la partie patronale?

 

L’employeur avait des revendications ayant pour but d’augmenter de façon considérable ses droits de gestion. Et comme vous vous y attendiez, nous avons lutté durement pour supprimer ces menaces. Les points qui suivent ne sont plus sur la table depuis le 13 octobre parce que nous avons réussi à nous en défaire :

 

EHDAA :                   

La partie patronale voulait éliminer tous les codes et toute

pondération rattachés aux élèves, toute compensation aux

enseignant(e)s, ainsi que toutes les définitions et descriptions

se rattachant aux EHDAA.

 

Année de travail :                   

L’employeur voulait supprimer la nécessité de négocier les

calendriers scolaires avec les enseignant(e)s.

 

Principes généraux :             

L’employeur voulait inclure un certain nombre de principes généraux en vue d’augmenter considérablement la tâche des enseignant(e)s et raffermir le contrôle des directions d’école.

 

Éducation des adultes/Formation professionnelle :

L’employeur voulait supprimer toute obligation de maintenir les

postes réguliers afin de donner plus de flexibilité aux gestionnaires

aux dépens de la sécurité d’emploi des enseignant(e)s.

 

Activités para-scolaires :      

Nous avons réussi à obtenir le retour au statu quo sur la définition

des activités para-scolaires volontaires.

 

Récupération :                      

À la table anglophone, nous nous sommes mis d’accord sur un

retour au statu quo.  La partie patronale a essayé à plusieurs

reprises d’obliger les enseignant(e)s du primaire à faire de la

récupération à des élèves autres que les leurs.

 

 

Quelles revendications avons-nous abandonnées?

 

Pendant le cours de la négociation, la partie syndicale a enlevé un certain nombre de demandes à incidence monétaire.  Notre choix était d’accepter que presque la majorité des gains monétaires de la négociation sectorielle soient reliés au dossier EHDAA.  Plus spécifiquement, nous avons abandonné des demandes concernant :

 

·        le temps moyen au préscolaire;

·        la réduction du nombre d’élèves pour l’ensemble des classes;

·        l’exclusion de la première année dans les groupes à plus d’une année d’étude;

·        la réduction du nombre maximum de groupes pour les spécialistes;

·        les chefs de groupe au secondaire;

·        l’amélioration de déclencheurs pour l’obtention de contrats à temps partiel à l’éducation des adultes et en formation professionnelle.

 

Quelles questions sont encore en suspens?

 

Mobilité des enseignant(e)s en disponibilité :         

Il y a, à l’heure actuelle, une limite de 50 km. au-delà de laquelle un

(e) enseignant(e) en disponibilité est  tenu de se déplacer; une

protection de la sécurité d’emploi dont nous jouissons depuis 25

ans. L’employeur insiste pour la supprimer.

                                                    

Affectation temporaire :            

La partie patronale en a fait un incontournable.  La partie syndicale

ne l’a pas acceptée pour deux raisons :

 

  • problèmes possibles au niveau de l’assurance invalidité longue durée;
  • impact possible auprès d’autres groupes de travailleurs syndiqués.

EHDAA :                                    

Un certain nombre de nouvelles dispositions ont été convenues dans

le but d’augmenter les services à offrir à certaines catégories

d’élèves et de rendre le processus plus efficace. (Se reporter à la

section EHDAA plus haut).  Toutefois, plusieurs autres questions

doivent être résolues avant que le nouveau modèle de service ne

soit fonctionnel.  En voici quelques exemples :

 

  • le financement de ce nouveau modèle est conditionnel à un règlement global aux deux tables;

 

  • les procédures à suivre au niveau de l’école doivent être mieux définies.  Ceci est particulièrement vrai à la table anglophone;

 

  • les différentes définitions d’élèves en difficulté doivent être complétées.  À la table francophone, le désaccord ne porte que sur une seule définition.  Toutefois, la liste au complet doit être négociée à la table anglophone;

 

  • la relation entre la nouvelle approche et les modèles existants (plan d’intervention, cheminement particulier, etc.) doit être clarifiée; encore une fois, ceci est particulièrement vrai à la table anglophone;

 

  • bien que l’employeur ait indiqué en juin, par écrit, que le comité au niveau de l’école serait décisionnel, son dernier texte ne reflète pas cet engagement;

 

  • l’utilisation d’un formulaire simple et standardisé pour déclencher rapidement et efficacement l’obtention de services n’est pas acceptée par la partie patronale.  Nous voulons empêcher que la commission scolaire impose un formulaire long et rébarbatif.

The ATA Supports Quality Public Education
in the Eastern Townships